Trouver l’amour sur Tinder

Trouver l’amour sur Tinder

LES AUTRES
7 juillet 2019

En 2019, la question ne se pose plus. Oui, on peut rencontrer quelqu’un avec qui on va vraiment aimer passer du temps. Les histoires d’amour qui ont commencé par un swipe right abondent. C’est même devenu tellement mainstream qu’on n’a plus besoin de prétendre s’être rencontré au supermarché. Qu’en est-il de vous ? Peut-être que ce n’est pas votre truc. Ou alors vous avez essayé et eu des interactions moyennement satisfaisantes et vous vous dites que ça marche pour les autres mais pas pour vous. Savez-vous que votre expérience ne dépend que de vous ? Plus précisément, de vos croyances. Héhé, vous me voyez venir, avec mes outils de coaching et de pleine conscience …

 

1. Débarrassez-vous de vos préjugés

Que pensez-vous réellement des rencontres en ligne ou des gens qui s’inscrivent sur Tinder, Meetic et autres plateformes de dating ? Faites une liste aussi exhaustive que possible parce que quoi que vous pensiez, votre expérience va vous le confirmer. Non pas parce que c’est la soi-disant réalité, mais parce que c’est ainsi que le biais de confirmation fonctionne. Nous ne voyons que ce que nous nous attendons à voir.
Il y a sans doute des aspects que vous n’aimerez pas trop, mais d’autres qui sont hyper cool, comme la facilité de la mise en relation, la diversité des profils … N’attendez pas que l’expérience vous dise si c’était une bonne ou une mauvaise idée. Décidez que c’est une excellente idée, que plein de gens cool vous attendent en ligne et laissez le biais de confirmation faire le gros oeuvre.

 

2. Vivez le moment présent

Vous recherchez sans doute quelque chose de précis. Cela peut-être un résultat (une aventure, une relation), une émotion (tomber amoureux-se, vous sentir désirable), ou une activité (discuter avec quelqu’un, prendre un verre, plus si affinités).
Reconnaître vos envies du moment facilitera vos échanges. Que vous souhaitiez une relation durable ou un moment de légèreté, vous convergerez naturellement vers ceux et celles qui veulent la même chose. Si vous vous dites « je ne sais pas trop, on verra bien », vous risquez de tomber sur des personnes aussi indécises que vous.
Quand on tombe sur quelqu’un qu’on aime bien, on a tendance à se projeter assez vite…. Mais prenez le temps d’apprécier la situation présente et la qualité des échanges que vous avez avec cette personne. Demandez-vous comment vous vous sentez en sa compagnie, et pas juste si elle/il correspond à vos critères.

 

3. Préparez vous à être rejeté-e

Entre le match à sens unique, le vent pur et simple, ou votre crush qui vous ghost du jour au lendemain, l’univers des rencontres en ligne peut sembler impitoyable. Votre cerveau sautera sur l’occasion pour vous confirmer vos pires peurs sur votre physique, votre âge, ou votre attractivité. N’en croyez rien.
C’est un très bon exercice dans l’art du détachement. Rien de tout ceci n’est personnel. Quand quelqu’un ne veut pas de vous, cela n’a rien à voir avec qui vous êtes et tout à voir avec ce que cette personne recherche en ce moment.
Si vous êtes un coquelicot et que la personne en face de vous n’aime que les pivoines, cela ne rend pas le coquelicot moins charmant, moins intéressant, ou moins sexy. D’ailleurs, il y a plein de gens qui cherchent des coquelicots en ce moment-même.

 

4. Passez votre tour si nécessaire

Parfois, il vous faudra renoncer à un match, même s’il y a beaucoup de choses qui vous plaisent. Je vous invite à passer votre tour quand vous êtes face à quelqu’un qui vous manque de respect, est agressif ou qui ne s’intéresse pas à vous (ne pose jamais de questions, ne fait pas d’effort pour apprendre à vous connaître). Quand quelqu’un nous attire physiquement, on a tendance à ne pas « voir » ce genre d’éléments, mais gardez la tête froide en vous rappelant qu’il y a beaucoup, beaucoup d’autres personnes à découvrir encore.
De même, si malgré plusieurs rendez-vous vous ne vous sentez pas spécialement attiré-e ou enthousiaste à l’idée de voir cette personne, ou si vous notez que vous n’avez pas les mêmes envies, ne vous forcez pas à aller plus loin en espérant qu’une étincelle apparaisse. Perso, j’ai tendance à me dire, lors du premier rendez-vous, si ce n’est pas un OUI franc, alors c’est un NON. Même si la personne est sympa, charmante, intéressante.

 

5. Persévérez !

Il y aura sans doute des moments où vous commencerez à douter qu’il existe quelqu’un qui vous correspond. Laissez-moi vous rassurer sur la question. Il y a des centaines, si ce n’est des milliers de personnes qui sont parfaitement compatibles avec vous, dès maintenant. Si vous continuez, vous les trouverez. C’est une certitude statistique.
En revanche il y a tellement de profils que le temps d’identifier ces vrais « matchs », vous allez probablement rencontrer beaucoup de matchs négatifs ou de « faux positifs ». Le risque est alors d’y passer trop de temps, de ruminer et d’abandonner. Si vous êtes découragé-e, dites-vous que vous êtes peut-être à quelques matchs de rencontrer quelqu’un qui va vous rendre ravi-e d’avoir persévéré ! Il suffit d’un seul match 🙂

Peut-on aider quelqu’un à se sentir mieux ?

Peut-on aider quelqu’un à se sentir mieux ?

Peut-on aider quelqu’un à se sentir mieux ?
10 juin 2018

Traitez-moi d’incorrigible optimiste mais je crois que l’être humain a foncièrement bon fond. Nous nous soucions du bien-être de nos proches. Nous aimons nous sentir utiles. Quand nous voyons quelqu’un qui souffre, nous sommes touchés. Selon les personnes, cela se manifeste de différentes façons – certains vont se démener pour trouver des solutions, d’autres vont faire pleuvoir les câlins et les mots gentils, certains vont préférer laisser la personne tranquille, faute de savoir que faire. C’est plus délicat qu’il n’y paraît, d’aider quelqu’un. Surtout quand cette personne est confrontée à une situation qui nous dépasse (un deuil ou un diagnostic grave, par exemple). Combien de maladresses commises en “pensant bien faire” ? Nous sommes les premiers à nous agacer parfois des gens qui essaient de nous consoler à coup de formules toutes faites, comme si notre blues leur était insupportable. Le fait est que nous ne savons pas de quoi les autres ont besoin, et nous n’avons pas de réel pouvoir sur leurs émotions. Nous avons déjà assez de mal à savoir ce qui est bon pour nous-mêmes. Donc : non, je ne pense pas qu’on puisse aider quelqu’un à se sentir mieux. Ce n’est qu’une fois qu’on a accepté ça qu’on peut réellement commencer à aider. Voici pourquoi.

(suite…)

Faut-il aimer sans conditions ?

Faut-il aimer sans conditions ?

LES AUTRES
22 mai 2018

C’est un de ces articles où je vous donne ma réponse dès l’intro, des fois que vous soyiez en mode #pasletemps alors que moi j’aime bien le prendre, justement. Parce que ça me fait tellement plaisir de vous écrire que j’ai envie de le faire durer 😛 Bon alors, faut-il aimer sans conditions ? l’amour inconditionnel, Yes or No ? Pour faire court : je ne sais pas si on peut vraiment parler d’amour s’il y a des conditions pré-requises… Je t’aime, ok, mais si et seulement si tu remplis un cahier des charges bien spécifique, tel que : “me faire sentir bien”, “me rendre heureux-se”, “faire ce que je veux”, “donner des nouvelles”, “savoir ce qui me fait plaisir sans que j’aie besoin de le demander”, “voter comme moi”, “avoir les mêmes goûts musicaux”, et pour peu que tu ne me donnes pas entière satisfaction, je te retirerai mon affection via une punition de mon choix, silent treatment, cold shoulder, reproche, culpabilisation ou tout simplement refus de continuer de te traiter comme un être humain. Dit comme ça, ça ne fait pas trop envie, hein ? Mais alors pourquoi écrire tout un article à ce sujet ? Parce que 1) l’amour inconditionnel fait (très, très) peur 2) l’amour “conditionnel” est plus “rassurant”, moins engageant, du coup, très souvent, c’est notre première façon d’aimer…

(suite…)

Pin It on Pinterest