Faire le premier pas
25 juillet 2019

L’éternel dilemme.

Dois-je faire le premier pas ou attendre que l’autre le fasse ?
N’est-ce pas à l’homme de faire le premier pas?
Que va-t-il penser de moi ?
Comment faire le premier pas sans passer pour un relou ?
Comment ne pas me prendre un gros vent ?

Autant de questions qui peuvent prendre la tête (et du temps). Je vais y répondre en « batch » par la proposition suivante :

Dans le doute, faites le premier pas.

J’irais même plus loin : si vous avez un doute, c’est le signe qu’il faut prendre les choses en main ! Que vous soyez un homme ou une femme, d’ailleurs.

Je vais vous expliquer dans cet article ce que j’entends réellement par « faire le premier pas » et comment le faire d’une façon qui ne soit pas intrusive ou envahissante dans la vie de l’autre, mais avant, je tiens vraiment à poser ça là. Prenez l’habitude de faire le premier pas. Cela vous servira tellement dans la suite de votre relation amoureuse, mais pas que. Cela peut transformer vos relations, amicales, familiales et professionnelles.

En faisant le premier pas, vous faites avancer les choses.

Et c’est le but, non ? Vivre des choses ensemble et pas dans votre tête. Quand bien même en face, l’envie n’est pas partagée… Plus vite on le sait, plus vite on peut passer à autre chose. Quel gain de temps !

Si vous avez peur de vous lancer trop vite et de le regretter ensuite, sachez qu’il n’est jamais trop tôt (ni trop tard d’ailleurs) pour faire un premier pas vers l’autre.

Mais alors attention. Faire le premier pas, ce n’est pas coller votre bouche sur celle de votre crush au moment où l’autre s’y attend le moins. C’est un cliché tellement véhiculé dans les films et les séries que moi-même, pendant des années, j’y ai vu le comble du romantisme (#cultureduviol au secours). En fait non. A moins d’avoir un consentement explicite (ce qui suppose de demander la permission ou du moins de ne pas prendre l’autre par surprise), c’est une transgression des limites physiques de quelqu’un. Ce n’est ni romantique, ni sexy, ni respectueux. Ne faites pas ça.

Faire le premier pas, c’est ouvrir une porte pour que l’autre puisse entrer, si tel est son désir.

C’est inviter quelqu’un à vous rejoindre dans votre espace ou à explorer, ensemble, un terrain nouveau.
C’est lui montrer de la façon la moins ambiguë possible que, si elle ou il souhaite aller plus loin, c’est OPEN !
Cela permet à l’autre d’être un participant actif et non simplement de subir votre désir.

Peu importe qui fait le premier pas, du moment que l’autre puisse faire le deuxième – si il ou elle le souhaite ! (« Ceci est ton espace de danse, ceci est mon espace de danse »)

Et s’il ne se passe rien ?

– option A : si votre « invitation » était quelque peu alambiquée, il est possible qu’elle n’ait même pas été reçue… dans quel cas, une deuxième tentative, plus explicite, s’envisage.
– option B : si votre invitation était sans ambiguïté, alors l’absence de réponse est une forme de réponse… et vous pouvez avancer !

Il n’y a pas besoin d’avoir confiance en soi pour faire le premier, juste d’un peu de courage. La pire chose qui puisse vous arriver, c’est un petit courant d’air… Mais cela vous fera gagner un temps précieux et à terme, cela peut radicalement améliorer vos relations.

Pin It on Pinterest

Share This