Votre instinct peut-il vous tromper ?
13 décembre 2018

Pendant des années, je n’ai su que faire des informations que m’envoyait mon instinct. Pour être honnête, j’en avais peur, ça m’angoissait plus qu’autre chose. Forcément, à chaque fois qu’il se manifestait, c’était presque toujours pour m’annoncer une mauvaise nouvelle. « On sait toutes les deux que ça ne va pas le faire avec ce job / ce mec / ce projet. » Je ne cherchais d’ailleurs pas à questionner cette conclusion. Si je ne le « sentais » pas, alors quelque chose clochait forcément, ce n’était peut-être pas visible immédiatement mais ce quelque chose ne tarderait pas à se révéler. Un jour, j’en ai eu marre. « Pourquoi ça ne marcherait pas ? De toute façon, si je t’écoutais, je ne ferais jamais rien, tu vois tout en noir ! » Et zou, me voici lancée dans une entreprise foireuse qui allait se solder exactement comme mon instinct me l’avait prédit : mal et en plusieurs morceaux. Maintenant que je comprends un peu mieux le fonctionnement de mon instinct, j’ai envie de partager avec vous mes conclusions sur la question. A quoi sert-il au juste ? Peut-on savoir quand il se plante ? Est-ce que je cours à ma parte en choisissant de l’ignorer ? Entre le prendre au pied de la lettre et l’ignorer complètement, il y a sans doute un juste milieu.

Instinct & Intuition

Le dictionnaire définit l’instinct comme une pulsion, une « tendance innée à des actes déterminés ou irréfléchis / une faculté naturelle de sentir, de deviner ». Cette définition rappelle celle de l’intuition, que j’évoque dans un autre article (Est-ce mon intuition ou ma peur ?). On peut y voir, dans les deux cas, une forme de sixième sens. Pour les distinguer, je dirais que l’Instinct est tourné vers le monde extérieur et l’action immédiate. C’est notre capacité à évaluer une situation rapidement, à prendre une décision, à trancher, et à choisir le mode d’action approprié, dans un contexte de crise. Quand on est au pied du mur, c’est la lueur d’inspiration qui nous donne l’idée pour nous sortir du pétrin. Attaquer ou fuir, c’est l’aiguillon qui nous pousse dans une direction plutôt qu’une autre.

L’intuition, en revanche, est plus tournée vers le monde intérieur et la connaissance de soi. C’est le conseil bienveillant, l’invitation à explorer un chemin de traverse parce que « quelque chose » nous dit que ça pourrait bien nous plaire. En ce sens, c’est presque le contraire de l’instinct qui semble surtout nous alerter des dangers potentiels. Il n’y a pas vraiment cette dimension d’urgence dans l’Intuition. C’est un appel doux et non intrusif, qui se répète comme le mode snooze du réveil, jusqu’à ce qu’on se décide à répondre.

Quand notre instinct nous met en échec

Je ne vais pas vous dire d’arrêter de suivre votre instinct, ou qu’il se trompe. Au contraire, je crois que c’est son efficacité qui nous a permis d’arriver jusque là, en tant qu’espèce. Mais efficace ne veut pas dire infaillible. Nous retenons plus facilement les cas où notre instinct a vu juste, et « oublions » toutes les autres. Comme la fois où on ne pouvait pas « sentir » telle meuf qui quelques semaines plus tard est devenue notre meilleure amie… Ou cet entretien qu’on était persuadé·e·s d’avoir raté alors qu’on a eu le job finalement !

L’instinct, ce n’est pas de la magie. C’est simplement notre cerveau qui compile rapidement des tonnes d’informations qui n’ont pas le temps de remonter à notre partie consciente parce qu’il faut agir vite (menace imminente, danger de mort, etc.). Dans notre quotidien, la seule chose qui est réellement menacée, c’est notre Ego. On n’a pas envie de se planter, d’être rejeté·e ou juste de perdre la face. Alors on va tenter de minimiser notre taux d’échec en évitant les situations « à risque ». On se met à l’affût des « problèmes » ou de ce qui ne rentre pas dans nos préférences personnelles. Ne connaissant à ce jour aucune situation parfaite, il est clair que quand on cherche un problème ou un défaut, nous allons vite le trouver…

De là, on appelle « Instinct » ce qui n’est au fond qu’une anxiété ou des préjugés qui conditionnent nos expériences. Quand vous vous dites « Je sens que ça va être une journée de merde », il y a fort à parier que ce jour-là sera effectivement pénible. En affirmant cela, vous avez programmé votre cerveau à remonter toutes les expériences foireuses qui vont confirmer votre conviction. L’instinct est devenu prophétie auto-réalisatrice. Mais était-ce ce que vous vouliez ?

Résister à la pulsion

Dans son sens le plus basique, l’instinct est une pulsion qui émane de la partie la plus archaïque de notre cerveau. L’action compulsive est ce qui échappe à la conscience et nous fait agir ou réagir d’une façon dont on n’est pas toujours fiers (on parle d’ailleurs de « bas instincts »…) ou qui nous donne un faux sentiment de sécurité (au détriment de notre développement personnel). Entre votre cerveau reptilien et votre néo-cortex, siège de votre conscience, à qui voulez-vous confier les rênes de votre vie ?

L’instinct nous donne une information qui demande à être évaluée, pondérée et validée par la conscience. Voyons le comme un conseiller particulièrement vigilant, qui attire notre attention sur les dangers et nous propose des solutions rapides. C’est précieux mais d’un autre côté, je n’ai pas envie de le solliciter quand il n’est pas question de ma sécurité physique ou de ma survie. C’est épuisant de vivre constamment sur ses gardes, ou à attendre que tous les feux soient au verts pour se lancer. Si la pire chose qui peut m’arriver c’est de me ridiculiser ou de me « faire avoir », est-ce vraiment grave ?

Je pense à toutes les fois où je n’ai pas suivi mon instinct. Sur le moment, ce n’était pas agréable, mais j’en ai retiré des leçons que je ne suis pas près d’oublier. Paradoxalement, c’est aussi en l’ignorant que j’ai appris à mieux le percevoir. Et à affiner les messages reçus, en distinguant par exemple entre un STOOOOP radical et un VAS-Y PIANO PIANO par exemple. Finalement, qu’on suive ou non son instinct, on finit toujours par découvrir quelque chose sur nous-mêmes. Il n’y a pas vraiment d’échec, seulement des leçons 🙂

Pin It on Pinterest

Share This