Sélectionner une page
Les caprices de l’amour
14 août 2019

L’amour peut sembler bien irrationnel parfois. Nous tombons raides dingues de gens qui ne sont pas disponibles ou qui ne veulent pas de nous. Et quand on rencontre quelqu’un qui souhaite sincèrement nous rendre heureux, il ou elle ne nous attire pas… On a l’impression que l’amour est un sentiment fragile et fluctuant, tantôt là, tantôt pas là, insaisissable et capricieux. Mais n’allons pas croire pour autant que nos sentiments sont l’effet de quelque magie (ou de la flèche de Cupidon). Rien dans l’amour ne relève du hasard, n’en déplaise à Marivaux.

Quand on dit « Je suis amoureux» ou « Je ne suis pas amoureux », on a l’impression d’annoncer la météo, de rapporter une donnée objective. Sauf que ce n’est pas comme ça que ça se passe. Le sentiment d’amour (ou d’indifférence) résulte des pensées qu’on a à l’égard de quelqu’un, et qui a souvent rien à voir avec la personne elle-même.

Nous ressentons de l’amour parce que nous avons des pensées d’amour. Si nous ne cultivons pas de pensées propices à l’amour, nous ne tomberons pas amoureux. Ce n’est pas quelque chose qui nous tombe dessus, nous prenons la décision d’aimer ou pas.

En théorie, on pourrait s’emparer de ce mécanisme et le contrôler comme on veut, en choisissant les personnes à qui nous offrons notre amour. En réalité, ce n’est pas si simple parce que la plupart de ces décisions se font à un niveau inconscient.

Voici 3 facteurs qui déterminent nos choix amoureux sans que nous nous en rendions compte.

– les conditionnements biologiques : c’est la raison la moins sexy mais aussi la plus déterminante dans les paramètres d’attirance. Vous vous sentirez naturellement attiré-e par quelqu’un qui a un patrimoine génétique complémentaire au vôtre et qui présente des indices visuels de bonne santé et de fertilité (cheveux clairs, hanches rondes pour les femmes, mâchoire carrée, voix grave pour les hommes, par exemple).

– la recherche de statut : beaucoup des choses que nous faisons, au travail, dans notre vie amicale, sont conditionnées par notre besoin d’être bien vus et respectés par nos congénères. Le couple n’échappe pas à la règle. Si nous sommes attirés par les gens beaux par exemple, ce n’est pas parce que la beauté est un pré-requis de l’amour, mais parce qu’elle est très valorisée par notre société.

– notre enfance : la façon dont nous avons reçu (ou pas) amour, soin et protection quand nous étions petits détermine notre style d’attachement (anxieux, fuyant ou sécure). Inconsciemment, nous allons reproduire les schémas qui nous sont familiers même s’ils sont dysfonctionnels. L’amour est alors inextricablement associé à la souffrance. Si ça ne fait pas mal, c’est qu’on n’aime pas vraiment.

Quand on prend conscience de ces facteurs, on comprend mieux pourquoi on tombe amoureux de certaines personnes et pas d’autres. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes condamnés à subir notre biologie. La pleine conscience permet de rectifier le tir et de faire les choix qui comptent.

La société nous dit que la beauté, la richesse ou la popularité sont des traits désirables mais cela ne fait pas de quelqu’un un bon partenaire du quotidien.

Quel genre de personne avez-vous envie d’aimer ? Qu’est-ce qui a de la valeur pour vous, au sein d’une relation ?

Décidez de ce que vous trouvez attirant chez quelqu’un : son sens de l’humour, sa gentillesse, sa générosité, son honnêteté…et faites-en vos nouveaux critères de sélection. De la même façon, faites-votre liste de dealbreakers. Même si quelqu’un est très attirant de prime abord, le fait qu’il ou elle ne vous traite pas avec respect par exemple, devrait lui faire perdre tout son charme.

Bienvenue

Bienvenue

Vous avez des idées, des envies, des projets plein la tête, mais du mal à passer à l’action ? Vous êtes au bon endroit !

Vous découvrirez comment dépasser le stress, le doute et la procrastination, accéder à vos talents cachés et créer tout ce dont vous rêvez 🖤

Kasia