Oublier son ex
28 août 2019

C’est terminé. Vous avez décidé de mettre fin à votre relation, d’un commun accord (ou pas). Vous comprenez les raisons de la rupture, mais vous n’arrivez pas à passer à autre chose. Vous pensez souvent à votre ex, vous trouvez que personne ne lui arrive à la cheville et quand vous vous revoyez, il y a encore de l’électricité dans l’air. Vous vous demandez si ce n’était pas une erreur de vous séparer. Cet entre-deux « ni avec ni sans toi » est plus douloureux que la rupture elle-même. Alors comment faire, surtout si vous êtes celui ou celle qui a été quitté-e?

C’est intéressant de constater que souvent, ce qui rend la rupture si douloureuse, ce n’est pas ce qui a été mais ce qui aurait pu être. L’avenir qu’on imaginait avec l’autre, les projets qui n’aboutiront jamais, et puis la nouvelle identité qu’on commençait à construire ensemble…

Toutes ces pensées vous font au moins aussi mal que l’absence de l’autre (si ce n’est davantage). Maupassant écrivait avec justesse : « On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts ».

Sachez que ces pensées sont optionnelles. C’est même une forme de torture que vous vous infligez alors j’espère que vous avez de bonnes raisons pour le faire.

La mécanique pour oublier quelqu’un est assez simple. Il suffit d’arrêter d’y penser. Sérieusement.

Supprimez tout ce qui vous rappelle son souvenir. Effacez ses textos, désabonnez-vous de ses publications en ligne et occupez votre esprit avec un nouveau projet. De cette façon, votre ex fera très rapidement partie du passé.

J’entends déjà vos protestations…

« Plus facile à dire qu’à faire ! »
« Je ne contrôle pas mes pensées ! »
« J’ai essayé mais ça ne marche pas »

En effet, le plus difficile, dans ce processus, c’est d’arriver à prendre cette décision.

Si vous avez été quitté-e, vous me direz peut-être que ce n’était pas votre choix, que vous subissez les conséquences d’une décision que vous déplorez.
Certes, vous n’êtes peut-être pas à l’initiative de la rupture, mais la façon dont vous gérez la suite vous appartient complètement. Il ne s’agit pas de contrôler le flux de vos pensées mais de choisir avec soin celles qui retiendront votre attention.

Quand on est en plein « sevrage » amoureux, on pense surtout à ce qui nous manque, tout ce qu’on aimait chez l’autre et qu’on a l’impression d’avoir perdu pour toujours.

Ou bien c’est l’exact opposé. On développe un ressentiment tenace pour notre ex, on se sent trahi-e et on s’en veut d’avoir perdu notre temps avec une personne qui nous a si mal traitée.

Détester votre ex (ou vous-même) ne va pas accélérer la guérison. Bien au contraire, votre colère entretient l’attachement que vous avez envers cette personne. Quoi qu’il se soit passé, c’est terminé maintenant.

Vous pouvez continuez d’aimer votre ex, surtout si cela vous fait du bien, à partir du moment où vous acceptez que c’est fini. L’amour n’a pas besoin de s’effacer, il doit juste être redirigé vers une autre source. Si vous découvriez par exemple que vous êtes cousins, vos sentiments ne disparaîtraient peut-être pas d’un coup mais vous cesseriez sans doute de fantasmer sur votre vie commune.

Le plus dur est donc d’accepter que quelque chose qui semblait fonctionner soit terminé, surtout si la décision ne venait pas de vous. Concentrez-vous sur ce qui ne fonctionnait pas ou n’aurait pas pu durer dans cette relation. Je veux bien croire que votre ex est une personne formidable et que sa compagnie vous manque. Mais ce n’était pas le/la meilleur-e partenaire pour vous. La preuve ? Il/elle vous a laissé-e partir !

Pin It on Pinterest

Share This