Que faire de vos pensées négatives ?
18 mars 2019

Une pensée négative, c’est une pensée qui ne fait pas de bien. Ce sont les ruminations sur le passé, les jugements qu’on émet, toutes les phrases assassines qu’on se dit, face au miroir ou au travail. Et puis il y a les impasses mentales comme « Tu n’y arriveras jamais » ou « A quoi bon ? », le genre de pensées qui n’ont rien de constructif à apporter. Le problème, c’est que :

  • nous avons 60 000 pensées par jour
  • la pensée, par défaut, est orientée « survie », donc négative
  • on ne « supprime » pas une pensée comme une fichier corrompu sur un ordinateur

La bonne nouvelle, c’est qu’on n’a pas besoin de se battre contre nos propres pensées. Il suffit de leur enlever leur pouvoir de nuisance.

Une pensée négative n’est pas forcément une pensée nuisible

Une pensée devient nuisible à partir du moment où vous la prenez au sérieux. Tant que vous n’y croyez pas, c’est juste un bruit de fond, une mouche qui passe, ça peut être agaçant, oui, mais pas méchant. Souvent, il suffit de se rendre compte « Tiens, je remarque que j’ai plein de pensées négatives à ce sujet » pour ne pas se laisser embarquer.  

Ne croyez pas tout ce que vous pensez 

Vous ne prenez pas pour argent comptant tout ce que vous lisez sur Internet. Appliquez la même réserve à vos pensées. D’ailleurs, si vous observez votre activité cérébrale, vous vous rendrez compte qu’il y a beaucoup de fake news, de cacophonie et de bêtises qui sortent d’on ne sait où. Vous avez des pensées mais vous n’êtes pas vos pensées. Il sera beaucoup plus facile de faire le tri si vous gardez une certaine distance avec toutes ces phrases qui passent dans votre tête.

Devenez plus conscient-e

L’antidote à la négativité, ce n’est pas la pensée positive, paradoxalement. C’est la pleine conscience. Quand vous êtes dans une posture d’observation bienveillante de vos pensées et de vos émotions (même si celles-ci n’ont rien de bienveillant), vous êtes en sécurité. C’est comme observer la couche de nuages en dessous de l’avion. La tempête peut faire rage plus bas, mais là où vous êtes, il fait toujours grand beau. Méditer, faire de l’exercice, être dans la nature, passer un peu de temps seul-e avec soi, écrire dans un journal, sont autant de pratiques qui développent la pleine conscience.

Créez de nouvelles pensées

On ne peut pas changer une pensée mais on peut la remplacer par une autre. Nos pensées sont comme des routes qui grossissent en fonction du trafic. Si elles sont souvent empruntées, elles deviennent des autoroutes à 4 voies. Si plus personnes n’y passe, elles se réduisent à de petits chemins de terre. Au début, c’est comme à apprendre à écrire de la main gauche quand on est droitier. Mais à force de pratique, vos nouvelles pensées vont devenir votre réflexe par défaut.

Le plus cool dans tout ça, c’est qu’on peut croire absolument TOUT ce qu’on veut. Que la terre est plate. Qu’il y a une vie après la mort. Que tout est possible. Que tout a déjà été fait. Que nous vivons au meilleur moment de l’histoire de l’humanité. Que nous vivons au pire moment de l’histoire de l’humanité. Personne ne peut vous empêcher de croire ce que vous voulez. Alors choisissez bien vos pensées, elles risquent de changer votre vie 

Pin It on Pinterest

Share This