Sélectionner une page
S’aimer, pourquoi faire ?
29 avril 2018

Aimer les autres, ça oui, on voit le principe, mais à quoi ça sert de s’aimer soi-même ? Il y a tellement de choses à faire dans une journée, tellement de projets qui réclament notre attention et notre énergie, si en plus on doit prendre du temps pour s’aimer… Pourtant, cela vaut le coup de s’investir dans un chemin d’exploration et d’acceptation de soi. Si vous le faites pas pour vous-même, faites le au moins pour les autres 😉

 

S’aimer pour être heureux

J’ai quand même l’impression que la majorité des gens veulent être heureux. On a beau s’y prendre de façons différentes, mais au fond, on aspire tous à une certaine forme de bien-être durable.

Pour être heureux, il faut d’abord s’autoriser à l’être.

Et pour cela, il faut s’aimer un minimum.

La bonne nouvelle c’est que nous avons tous un niveau basique d’amour de soi, qui, au delà du simple instinct de survie, nous permet de subvenir à nos besoins physiologiques. Vous brosser les dents, manger quand vous avez faim, vous coucher quand vous êtes fatigué-e, sont autant de petits actes d’amour envers vous-même.

S’aimer est une faculté qui se développe et qui vaut le coup d’être cultivée. Les gens bien dans leur peau ont une solide estime d’eux-mêmes, sont plus satisfaits de leur vie, et réussissent plus souvent ce qu’ils entreprennent. Oui mais, est-ce qu’ils réussissent parce qu’ils s’aiment ou bien s’aiment-ils parce qu’ils réussissent ?

Quand on s’aime vraiment, on accepte de ne pas être tout le temps heureux.

On accepte l’échec, l’inconfort, et les émotions négatives comme une dimension normale de la vie. S’aimer ne garantit par le succès à chaque fois, mais permet de rebondir plus rapidement face aux difficultés. Et c’est déjà pas mal.

S’aimer pour être mieux avec les autres

Parler d’amour de soi peut mettre mal à l’aise. “Moi, ce n’est pas important… Aimer les autres, c’est tout ce qui compte !”  Sachez que vous contribuerez bien plus au bonheur des autres en vous aimant d’abord, et voici pourquoi :

S’aimer rend plus aimable.

Pas question de politesse forcée mais de la bonne humeur contagieuse des gens heureux. Ils ont des petites attentions pour les autres, fût-ce un merci ou un sourire, ils sont plus accueillants et de meilleure compagnie. Ils s’abstiennent de juger, de prêter des mauvaises intentions à tout va ou de médire sur le compte d’autrui.

S’aimer nourrit la confiance en soi

Ce qui permet d’aller vers l’autre sans crainte. Cela donne le courage d’exprimer ses sentiments ou ses besoins, de dire NON quand c’est nécessaire, mais aussi de reconnaître ses torts ou d’accepter la critique, même quand elle paraît injuste. L’amour de soi nous réconcilie avec nos émotions sans qu’on fasse subir notre colère / peur / anxiété à l’Autre.

S’aimer permet de mieux aimer

Comme un muscle qu’on exerce, ’amour de soi nous rend plus généreux. Il développe notre capacité de compassion, de compréhension et d’écoute. Ca semble paradoxal, mais plus on s’aime, plus on se sent connecté-e aux autres, plus on a envie d’aimer (et d’aider) son prochain, et donc, de donner plus.  Car on ne peut donner quelque chose qu’on ne possède pas soi-même…

S’aimer pour progresser

Sur un plan intellectuel, on reconnaît l’importance de s’aimer, mais on y pose souvent des conditions :  “Je m’aimerai le jour où je perdrai 20 kg / serai en couple / gagnerai XXX € par mois…” On a peur de se relâcher, de devenir paresseux, “médiocre ». A cela s’ajoute la peur de devenir arrogant-e ou narcissique (le narcissisme étant un surinvestissement excessif de l’image de soi, qui se produit justement quand on ne s’aime pas assez).

Je comprends d’où vient la résistance. L’idée que nous sommes tous dignes d’amour, ici et maintenant, avec nos casseroles et nos imperfections, nos côtés sombres et nos pensées inavouables, juste parce que nous sommes en vie, a quelque chose de bouleversant.

Je crois que tant qu’on ne s’aime pas, on ne peut pas aller de l’avant. On évite de se mettre en danger par peur de l’échec, on ne se remet pas en cause, de peur de découvrir notre noirceur, le problème vient toujours des autres (ou des circonstances). On fuit tout ce qui pourrait confirmer que nous ne sommes “pas à la hauteur”, “pas capables” ou indignes d’amour.

S’aimer, c’est pouvoir se dire, comme à son enfant :

  • “Je t’aime, et rien ne peut changer ça, mais là, tu n’as pas été très sympa.”
  • Voire : “Je t’aime, mais tu as fait de la merde, il faut que tu demandes pardon”.
  • Ou bien encore “Cette pizza ne t’apportera qu’un plaisir passager et superficiel, mais au fond, ça te fera plus de mal que de bien. Tu mérites mieux que ça.”

Ce n’est que le jour où nous nous aimons et nous acceptons tels que nous sommes, que nous pouvons réellement changer.

Plus besoin de se faire violence pour perdre 20 kg, rencontrer quelqu’un ou arrêter de fumer, on ne se bat plus contre soi-même, mais pour soi-même.

Alors, aimons-nous à la folie ! c’est peut-être ce que nous avons de plus censé à faire…

Bienvenue

Bienvenue

Vous avez des idées, des envies, des projets plein la tête, mais du mal à passer à l’action ? Vous êtes au bon endroit !

Vous découvrirez comment dépasser le stress, le doute et la procrastination, accéder à vos talents cachés et créer tout ce dont vous rêvez 🖤

Kasia