Séduire en étant soi-même
16 juillet 2019

Si le conseil le plus fréquent en matière de séduction est « Sois toi-même », c’est que paradoxalement, nous le sommes rarement.

A première vue, ça n’a pas de sens.
Etre soi-même par opposition à … 🤔? Puis-je réellement être quelqu’un d’autre ?

Aucun de nous n’a le sentiment de jouer la comédie, de s’inventer un personnage… Et pourtant !

On ne remarque pas tous ces moments où nous ne sommes pas authentiques, parce que, justement, nous sommes ailleurs. Dans nos pensées, dans les yeux de l’autre, mais pas toujours en pleine conscience de ce qui se passe.

C’est naturel, quand on veut plaire, de mettre en avant ce qu’on aime le plus chez nous. D’où la petite parade face à notre crush. Celle où on bombe le torse, où on passe la main dans nos cheveux, en faisant notre sourire le plus irrésistible 😏 C’est un instinct biologique difficile à maîtriser.

Et puis il y a les petites choses qu’on rajoute, pour se faire bien voir. Pas vraiment des mensonges mais une version un peu plus glorieuse de nos anecdotes, un quotidien un poil plus épique que le métro boulot dodo habituel. Des semi-vérités. Des mensonges par omission. On évite de dire à l’autre qu’on ne cherche rien de sérieux s’il ou elle nous a dit auparavant que c’était son cas.

Tout ce qui nous dérange chez nous, nos « défauts », nos états d’âme, nos angoisses, notre « vérité » est refoulée sous le tapis en espérant que l’autre ne s’en rende pas compte (pas tout de suite du moins).

Le problème s’accentue quand nous commençons à faire des choses contraires à notre nature. Je ne parle pas de sortir de sa zone de confort, mais d’aller à l’encontre de soi-même.

Par peur de déplaire.

Quand on dit « ok » à un truc qui ne nous fait pas vraiment envie.
Quand nous prétendons être « cool » avec quelque chose qui nous dérange.
Quand nous ignorons nos émotions (l’angoisse, la peur…) qui nous disent que nos besoins basiques de sécurité ou de connection ne sont pas comblés.

Alors oui, peut-être que le « jeu » de la séduction marche un moment. Mais pour quel résultat ? Il faut être dans la performance constamment, pour entretenir cette flamme acquise au prix de si nombreux efforts.

Pourquoi faisons-nous semblant ?

Parce que nous ne nous croyons pas aimables, tels quels.
Parce que nous avons peur d’être (à nouveau ?) rejetés si nous nous montrons tels que nous sommes.

La plupart d’entre nous avons été élevés dans l’idée que l’amour se mérite. On est aimés si on a fait ce qu’il faut pour être aimable. Si tu es sage, tes parents seront heureux. Si tu fais une colère, personne ne voudra jouer avec toi.

Nous reproduisons ces schémas dans notre vie amoureuse. Nous cachons une partie de nous mêmes, celle qu’on juge inacceptable et moche. Nous offrons la version que nous aimerions être ou que nous pensons que l’autre aimera.

Jusqu’au jour où, le « naturel » revient au galop.

Les émotions enfouies éclatent avec violence et nous font agir d’une façon qui ne nous ressemble encore moins, mais les effets sont inverses cette fois. Oups… L’être aimé nous regarde avec effroi, comme s’il nous voyait pour la première fois. Nos pires peurs sont confirmées : nous sommes « merdiques », « ingérables », « immatures », nous ne méritons pas leur amour.

Autant gagner du temps et être nous-mêmes dès le début. Mais concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

Etre soi-même, ce n’est pas nécessairement dire tout ce qui nous passe par la tête. Rappelez-vous, plus 60 000 phrases passent dans par notre tête chaque jour, on ne les « pense » pas toutes.

Etre soi-même, c’est s’exposer. Mettre à la lumière les parties « honteuses ». C’est se mettre à nu émotionnellement. Beaucoup plus effrayant que de se balader à poil.

Montrer ce qu’il y a à voir sans trier entre le moche et le beau. Malgré ce que vous dit cet harceleur de mental, il n’y a rien de laid chez vous. Ce que vous croyez moche pourrait bien être ce qui va fera complètement craquer l’autre.

Les gens qui se rendent vulnérables sont irrésistibles.

Qui parlent de leurs échecs avec humour.
Qui partagent leurs angoisses avec compassion.
Qui posent les questions inavouables comme « est-ce que je me fais des films en croyant qu’il y quelque chose entre nous ? »

La simplicité, aussi, est sexy. Moins d’artifices, moins de postures, moins d’éclat.

Ne pas chercher à impressionner. Montrer que nous sommes impressionnés. Dire ce qu’on aime chez l’autre. Dire qu’on l’aime tout court.

Parfois à sens unique, oui. Et alors ?

Ceux qui prennent le risque d’être rejetés, ont aussi le plus de chances de trouver quelqu’un qui les aimera follement pour ce qu’ils sont.

 

Pin It on Pinterest

Share This