Travailler avec des cons
16 octobre 2019

L’ambiance au bureau est pesante en ce moment. Ça gossip en pause café, ça clashe en réunion et vous avez l’impression que le moindre geste est devenu « politique ». Quand les égos s’affrontent, ce sont les projets qui n’avancent pas. Vous tâchez de vous abstenir de faire des commentaires désobligeants mais en votre for intérieur, vous ne comprenez pas certain-e-s de vos collègues. Vous avez beau vous dire bonjour poliment tous les matins, au fond, vous ne pouvez pas la saquer. Vos valeurs clashent d’une façon qui rendent toute collaboration compliquée. Alors comment faire quand vous devez tout de même bosser ensemble ? 

Le conflit est bon pour la santé (d’un projet)

D’où nous vient cette idée qu’il ne devrait jamais y avoir de désaccord sur la façon de mener les choses, que les gens devraient se respecter et bien s’entendre en toutes circonstances ?

C’est plutôt l’inverse qui est surprenant : qu’on arrive à travailler les uns avec les autres, malgré nos différences, nos caractères bien affirmés, et nos particularités qui nous rendent parfois irritables (et irritants).

Cela ne veut pas dire qu’il faut accepter l’incivilité, la violence ou le harcèlement, mais les différences de point de vue sont une richesse. Elles permettent  par exemple d’améliorer la performance en mettant en évidence des angles morts, de générer des idées plus créatives, et d’anticiper les problèmes potentiels. Reste à savoir les accueillir…

Ne pas prendre les choses personnellement

Un feedback abrupt d’un supérieur sur le dernier projet rendu, ou un commentaire désobligeant d’une collègue sur notre attitude en réunion… Comment ne pas le prendre pour soi quand c’est clairement dirigé vers nous ?

En se rappelant que « abrupt » et « désobligeant » n’est pas une donnée objective. C’est une question d’interprétation personnelle (de même que « con »). Quelqu’un d’autre trouvera que le même feedback était efficace et que le commentaire plus maladroit que malveillant.

Quand bien même la personne en face de vous avait l’intention d’être blessante, nous choisissons la façon dont ses propos seront reçus. Vous pouvez les prendre comme un affront et réfléchir à une répartie cinglante. Vous pouvez les ignorer. Vous pouvez aussi vous demander en quoi ces propos sont pertinents et utiles pour vous. Au passage, rien ne désarme autant un interlocuteur remonté que de lui dire « Tu as totalement raison, merci de ne me le faire remarquer ! » (quand on le pense vraiment). 

Personne n’a tort

Ce qui crée vraiment le conflit, ce ne sont pas les divergences de point de vue mais le besoin d’imposer le sien. En d’autres termes, si tout le monde a raison et que personne n’a tort, alors il n’y a pas de problème. Notre éducation nous pousse à diviser le monde en deux camps : les bons et les mauvais, les winners et les losers. Il y a la bonne façon de faire et la mauvaise, mes valeurs sont meilleures que les tiennes, si je te donne raison ça veut dire que c’est moi le con. Et si on sortait de cette dichotomie ?

Cela me rappelle cette fable zen : un groupe d’aveugles encercle un éléphant pour le décrire. Celui qui se situe le plus près de la trompe dira « Un éléphant, c’est d’abord une trompe ! ». Mais celui qui est à l’arrière et qui touche la cuisse de l’animal dira « C’est faux, un éléphant, c’est d’abord cette texture rugueuse et dense que je sens du plat de la main». Chacun témoignera de son expérience directe et en cela, tout sera vrai. Plus on a de points de vue, meilleure est notre idée de ce qu’est cet « éléphant ». 

La meilleure façon de travailler avec un « con », ce n’est pas de gommer vos divergences mais d’apprendre à les respecter. Votre jugement vous empêche peut-être d’accéder à cette richesse, mais il ne tient qu’à vous d’envisager que ce « con » ne l’est peut-être pas tant que ça et qu’il ou elle a des choses très intéressantes à vous apporter ou au projet sur lequel vos collaborez.

***

Si vous avez du mal à le faire vous-même, rassurez-vous, les relations avec les autres (au travail ou ailleurs) sont exactement le genre de sujets sur lesquels on travaille en coaching. Vous voulez en savoir plus ? Faites-moi signe sur kasia@allislove.fr 

Pin It on Pinterest

Share This